UNE SEMAINE SANS WIFI : UNE DÉCONNEXION TOTALE À SUMATRA

Posted on 2019/10/30

Une semaine sans wifi : déconnection totale à Sumatra Ouest

Notre ambassadrice Pamela, la voyageuse derrière Voyager sa vie est une habituée des voyages en Asie. Parfois en voyage pour reconnecter, il faut tout d’abord se déconnecter!


Il y a à peine 10 ans, lors de mon premier voyage en Asie, je devais me rendre au café internet des villes où je déposais mon sac, afin d’entrer en contact avec mes proches et surtout, pour rassurer ma mère… Mis à part ces petits arrêts d’une trentaine de minutes devant un ordinateur une à deux fois par semaine, le reste du temps était entièrement consacré à l’instant présent. Pourtant pas si loin de nous, cette époque me manque énormément lorsque je voyage.


Aujourd’hui, c’est une tout autre histoire. La technologie s’est infiniment développée et nous permet de nous retrouver dans les confins de la Chine tout en étant en contact constant avec notre vie à la maison. Étant blogueuse voyage, je me dois de rester un tant soit peu connectée. Par contre, il n’est pas question que je me procure une carte SIM lors de mon arrivée dans un nouveau pays. Je laisse au moins le hasard mettre le wifi sur mon chemin, si l’envie lui prend.


Plage de Sumatra

SUMATRA OUEST : 5 JOURS SUR UNE PLAGE DÉSERTE SANS ACCÈS À INTERNET


En mai dernier, j’atterrissais à Padang, ville chaotique de l’île de Sumatra en Indonésie, dans le but de découvrir cette partie de l’archipel durant plus de 3 semaines. À peine une heure après l’atterrissage, j’étais déjà à bord d’un bateau de fortune qui allait me permettre de rejoindre le Rimba Ecolodge. C’est dans une petite cabane de bois extrêmement simple que j’ai passé les jours suivants. Aucune route ne rejoint l’écolodge. C’est la jungle qui se trouve directement derrière les 5 bungalows de l’hôtel. Nul besoin de préciser qu’on se sent rapidement dans LOST


Après seulement quelques heures au Rimba, je me sentais déjà me déposer tranquillement, me reconnecter avec moi et avec le moment présent. Le besoin constant d’être stimulée ou de me distraire s’était volatilisé, j’étais, tout simplement. Pourquoi vouloir se distraire du paradis de toute façon? Les 9 chiens qui partageaient la plage avec nous sont devenus mes meilleurs amis en l’espace d’un instant et les fourmis, elles s’adonnant à un travail de longue haleine, m’offraient tranquillement le meilleur spectacle qui soit.


Sans la possibilité de srcoller son feed, à chaque 2 minutes, nos sens s’éveillent, on écoute plus fort, on goûte plus intensément et on observe avec plus de douceur.


Econolodge de Sumatra

Vallée d'Harau Sumatra

LA VALLÉE D’HARAU À SUMATRA : POURSUITE DE MA DÉCONNEXION


C’est à bord d’un bus local, certainement plus âgé que moi, que je suis arrivée dans la Vallée d’Harau, la deuxième destination de ce périple à Sumatra. Le soleil s’apprêtait à se coucher derrière les falaises orangées qui bordent la vallée. En marchant vers mon homestay, la quiétude des lieux m’a rapidement charmée et le vert lime des rizières m’a tout de suite convaincue, comme j’avais bien fait de choisir de venir y séjourner! Dès mon arrivée, j’apprends encore une fois que l’auberge ne possède pas de wifi. Ce sera donc 4 jours de plus complètement déconnectée.


Les rizières de la Vallée d’Harau

Pour moi, la Vallée d’Harau rime avec repos total et absence de stress. Au volant de mon scooter, j’ai découvert la région en étant pleinement consciente de tout ce qui m’entourait et toujours avec cette impression d’être de plus en plus zen.


Sumatra Ouest, c’est clairement mon paradis à moi. D’ailleurs, j’ai même cessé une fâcheuse habitude lors de ma déconnexion, je ne me ronge plus les ongles…


Pam


* Vous pouvez suivre mes périples asiatiques sur Facebook, Instagram, Pinterest ainsi que sur mon site web, Voyager sa vie. Je repars bientôt pour la Chine afin d’en découvrir encore plus et de me perdre dans ses villages éloignés.

More Posts